Accueil » Economie » La AmCham entend promouvoir l’agro-industrie

La AmCham entend promouvoir l’agro-industrie

07 décembre 2017, 8:48 catégorie: Economie7 871 vue(s) A+ / A-

Robin Diallo, chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis

en Haïti prononce son discours lors du forum sur l’agro-industrie de la AmCham.

 

La Chambre de commerce haïtiano-américaine (AMCHAM) poursuit ses activités de réflexions dans le pays. Ce jeudi 7 décembre, elle a tenu à Pétion-ville, sa troisième édition du forum sur l’agro-industrie autour du thème : « moderniser l’agro-industrie, la clé du développement agricole durable ».

Des entrepreneurs haïtiens, des personnalités du secteur public et privé, entre autres étaient invités à réfléchir sur la problématique et les opportunités du secteur agricole haïtien. L’emphase, dans ce forum, a été mise sur l’agro-industrie. Ces assises ont permis aux participants de poser la problématique du secteur agricole haïtien, d’analyser les opportunités existantes et d’envisager les meilleures stratégies à adopter pour promouvoir l’agroindustrie dans le pays.

Almiracle Saint-Fort, le second vice-président de la AmCham Haïti a donné le coup d’envoi des réflexions par une mise en contexte axée sur l’agriculture. Dans son intervention, il a rappelé que l’agriculture est l’un des piliers de l’économie actuelle et future. Elle représente, a-t-il dit, un excellent moyen de croissance accélérée pour l’économie haïtienne à travers la création d’emploi, la substitution de l’importation, la réduction du déficit de la balance commerciale et l’augmentation de la capacité pour subvenir à nos besoins.

Tenant compte de tous ces facteurs, la AmCham, en collaboration avec d’autres acteurs oeuvrant dans le secteur agricole, entend s’engager de plus en plus à résorber ce déficit dans la production agricole, à travers ses forums annuels avec le soutien de l’ambassade américaine. Pour y arriver, le diagnostic de la situation s’avère nécessaire, question de trouver des pistes de solutions innovantes pour attirer des investissements locaux et/ou étrangers. Il a, par ailleurs, souligné que son institution, à travers plusieurs projets, a contribué à promouvoir le secteur agricole.

 La chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis en Haïti, Robin Diallo, qui intervenait à ces assises, a du coup, rappelé que le secteur agricole est très important pour la création d’emploi en Haïti. À en croire Mme Diallo, les opportunités pour promouvoir le secteur semblent bel et bien existées, avec l’accompagnement des USA plus précisément. « L’un des avantages qui existe pour Haïti c’est le lien qui existe avec les USA : social, culturel, commercial, etc. Il y a cependant des obstacles à surmonter. La chargée d’affaires a opiné : « pour surmonter les obstacles auxquels est confronté le secteur agricole haïtien, les entrepreneurs y oeuvrant symbolisent la synergie. Pour cela, a-t-elle dit, le gouvernement américain continue à tisser les liens avec le gouvernement haïtien en vue de moderniser l’agriculture ».

Pour ce qui est du climat d’affaires en Haïti, Robin Diallo a fait des considérations. « Le succès d’un climat amélioré des affaires en Haïti jusqu’à présent est représenté par un accroissement réel de l’investissement direct de l’étranger vers Haïti durant ces quatre dernières années avec des compagnies comme : Marriot, Digicel… qui investissement en Haïti. Les USA, à travers divers programmes, supportent Haïti. Et, les investissements de l’USAID en Haïti sont estimés à 360 millions de dollars américains, ce qui inclut un appui des acteurs de la chaîne de valeur à travers l’agriculture, mais également à travers le travail réalisé pour aider les entrepreneurs dans l’agribusiness haïtien à exporter vers les USA. Pour favoriser l’investissement en Haïti, une contrainte majeure est à résoudre, c’est le problème de cadastre, estime Mme Diallo. Pour réguler les échanges commerciaux avec l’étranger, la chargée d’affaires dit croire qu’il faut implémenter des politiques douanières.

 Le Dr Gaël Pressoir, doyen de la faculté des Sciences de l’agriculture et de l’environnement de l’Université Quisqueya a été l’un des intervenants du premier panel autour de l’état des lieux du secteur agricole et perspectives, la valorisation de l’agro transformation en Haïti. Il a présenté la situation passée et actuelle de l’agriculture. Malgré les inégalités qui existent dans les échanges commerciaux, les USA est le seul vrai partenaire d’Haïti, a indiqué Dr Gaël Pressoir. Pour étayer, il a précisé qu’on importe pour 800 millions de dollars américains, et exporte pour 1.1 milliard USD vers les USA. Pourtant, on importe en République dominicaine entre 1.2 et 1.4 milliard US contre 50 à 60 millions US d’exportation vers le pays voisin. Les problèmes diagnostiqués par l’expert Gaël sont énormes. Faut-il, en ce sens, changer de trajectoire : investir dans les entreprises clés, libéraliser les services financiers, investir dans l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, la recherche etc.

 D’autres thématiques ont été débattues dans ce symposium. Citons à titre de précision : au-delà d’une agriculture de subsistance, promouvoir l’agrobusiness pour assurer la sécurité alimentaire ; l’innovation et technologie pour améliorer la productivité (énergie, irrigation, serre traçabilité) ; la nouvelle génération d’entrepreneurs dans le secteur de l’agro transformation. S’ajoutent les opportunités offertes par le marché international et aussi les entités qui supportent l’agrobusiness en Haïti.

Therno N. A. Sénélus

Comments

comments

scroll to top