Accueil » Culture » « Ailleurs ici », une mise en lumière sur des personnalités inspirantes

« Ailleurs ici », une mise en lumière sur des personnalités inspirantes

11 janvier 2018, 9:57 catégorie: Culture5 727 vue(s) A+ / A-

La couverture de l’ouvrage” Ailleurs Ici”. C3 Éditions.

 

Lire le livre « Ailleurs ici » réalisé sous la direction des écrivains Jean-Euphèle Milcé et Daniel Supplice, paru chez C3 Éditions est à la fois une aventure saisissante et significative. « Ailleurs Ici » a jeté un regard lumineux sur la vie et l’itinéraire inentamé de seize Haïtiens qui après avoir fait l’expérience de l’immigration ont choisi de revenir dans leur pays natal dans le but d’aider et de contribuer à son développement.

Seize personnalités et non des moindres parmi lesquelles Michaelle Cartright, Phellicia Dell, James Germain, Charles Tardieu, Guy Théodore, Hervé Lerouge, Jean Poincy, Jude Milcé, etc. ont vécu pour une raison ou pour une autre en terre étrangère. Certains ont laissé le pays pour des raisons familiales et professionnelles. D’autres à cause de la dictature qui allait s’installer en Haïti à partir de 1957. Ces notables dont tous ne sont pas forcément connus forcent le respect et inspirent. Dans « Ailleurs ici », leur vie est mise en lumière. Dans l’ouvrage, chacun a pris la parole pour raconter leur expérience réussie de la réappropriation de la terre natale. Dans une Haïti détestable et négative en tous points où tout est presque au point mort, mettre ces têtes d’affiche en vedette doivent être une source d’inspiration pour tous les Haïtiens expatriés et qui cherchent des motifs de retour.

Le livre explique en particulier leur retour, leur implantation ou leur pénible réintégration, la ténacité, la réussite de ces hommes et de ces femmes qui se sont frayé un chemin dans la perspective de bâtir des rêves à la hauteur de leurs ambitions et leurs espérances. « Ailleurs ici » a dressé le profil de ces personnalités qui n’ont pas renoncé à leurs buts. Au lieu de se démarquer du lieu de leur combat, ils se sont concentrés sur leurs objectifs. Pugnaces, ambitieux et décomplexés, ils se sont chacun fait un nom dans leur domaine respectif. Une belle mise en lumière.

Cependant le livre offre également l’opportunité de réfléchir à tous ceux qui sont rentrés dans le pays après l’ère des Tontons Macoutes et qui se sont heurtés dans une transition politique interminable et qui ont évolué et qui évoluent encore dans une société en proie à la violence, au kidnapping, à la pauvreté et ses avatars. Illustré de photographies de ces différentes personnalités, « Ailleurs ici », en plus d’être un hommage à ces Haïtiens natifs natals, se veut en même temps un document qui leur rapporte un certain éclairage sur leur vie et leurs activités afin qu’ils soient des exemples à suivre et des modèles à méditer. D’ailleurs, l’un des anciens ministres du ministère des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE) a défini l’objectif du livre qui met sous les feux de la rampe ces hommes et ces femmes « qui sont revenus au pays dans le but de vivre, de montrer la voie, de former, de construire et de nous rappeler l’urgence de bien vivre ensemble. D’habiter autrement et utilement notre pays. »

Michaëlle Cartright, l’une des personnalités du livre, a témoigné de son expérience de retour. « J’ai choisi de revenir en Haïti parce que j’ai besoin de délivrer un message, et ceci va au-delà du fait que je n’imaginais pas ma vie aux États-Unis au milieu d’individus chez lesquels j’ai du mal à me reconnaître. Ici nous vivons avec beaucoup de valeurs spirituelles. Les Haïtiens sont encore sous l’emprise du démon, et grâce à la musique on peut se débarrasser de ces esprits pour que les gens puissent voir en Dieu l’être créateur de tant de beauté. (…) Je me bats pour empêcher aux Haïtiens d’être négatifs et méprisants tout en faisant semblant de ne pas remarquer les autres si je suis ici chez moi, c’est pour me rendre disponible et aider mes compatriotes à se questionner sur ce qu’ils font. Pourquoi ils le font, et comment ils peuvent agir autrement. »

Bien que le livre « Ailleurs ici » a montré qu’on n’est jamais heureux que chez soi, il importe aux réalisateurs de perpétuer cette démarche pour permettre aux jeunes de trouver des modèles inspirants dans leur vie.

Schultz Laurent Junior

Comments

comments

scroll to top