Accueil » Economie » 14.5 milliards de gourdes de déficit budgétaire pour l’exercice fiscal 17-18

14.5 milliards de gourdes de déficit budgétaire pour l’exercice fiscal 17-18

11 avril 2018, 9:44 catégorie: Economie7 967 vue(s) A+ / A-

Panel du ministère de l’Économie et des Finances./ Photo : Moïse Pierre.

 

« L’exercice fiscal 2017-2018 prévoit un déficit budgétaire 14.5 milliards de gourdes pour la fin de cet exercice fiscal », a annoncé le directeur des études économiques du ministère de l’Économie et des Finances (MEF), Romel Troissou, lors de la troisième journée de la huitième édition du Sommet international de la finance qui a pour thème « financer l’Agri-business en Haïti ».

Selon Romel Troissou, le déficit au niveau du secteur public financier peut aller jusqu’à 14.5 milliards de gourdes pour la fin de l’exercice fiscal 2017-2018. Il a fait cette annonce lors de sa participation au Sommet international de la finance comme cadre du ministère de l’Économie et des Finances (MEF) accompagnant de deux autres cadres dudit ministère. Il s’agit, du directeur du budget Jean Michel Silin et du coordonnateur de la Commission de réforme et des finances publiques. Selon M. Troissou, des efforts ont été faits en termes de mobilisation des recettes fiscales. « Les recettes fiscales sont insuffisantes pour couvrir les dépenses », a-t-il déclaré.

Le directeur des études économiques, dans son intervention, a mis l’accent sur les grandes tendances des finances publiques haïtiennes. Il souligne que l’enveloppe globale du budget 2017-2018 est de 144 milliards de gourdes. « Les recettes courantes sont de 93.4 milliards de gourdes soit 65% de l’enveloppe globale. Romel Troissou a parlé aussi du contexte actuel de l’état des finances publiques. “Dépréciation de la gourde et le maintien du niveau des prix des produits pétroliers à la pompe en dépit des pertes de recettes liées à la subvention de l’État”, a mentionné le numéro 1 des études économiques au sein du MEF.

Plus loin, il a mentionné un ensemble de progression dans les recettes fiscales pour les trois dernières années (2015, 2016 et 2017). En ce sens, souligne-t-il, les recettes pour l’année de 2013, 2014 et 2015 sont 12.1% du PIB tandis que pour la période 2015 à 2017 elles passent de 13.6 du PIB. M. Troissou croit que l’État doit faire encore des efforts. Les recettes, poursuit-il, sont encore faibles par rapport à la moyenne de la région. Par ailleurs, Romel Troissou a expliqué l’évolution des dépenses. “L’évolution des dépenses +12% de l’exécution des dépenses de l’exercice. Dépenses courantes +9 % et dépenses d’investissement à partir des ressources des trésors publics +66 %”, a nous appris.

“Au 31 mars 2018, le niveau de financement de la Banque de la République d’Haïti (BRH) autour de 8.9 milliards de gourdes c’est acceptable”, a fait savoir M. Troissou. Il a profité de l’occasion pour faire le point sur un ensemble de difficultés rencontrées l’exercice fiscal 2017- 2018. Aux dires du directeur, les pertes sur les produits pétroliers plus de 5 milliards de gourdes, des promesses d’appui budgétaire de 3.3 milliards de gourdes non encore tenu par des bailleurs de fonds internationaux et les retards dans les émissions nettes de bons du Trésor de 3.3 milliards de gourdes.

Cluford Dubois

Comments

comments

scroll to top